A propos

TOUCHER LA TERRE, C’EST MAGIQUE

ARTISTE ET ACCOMPAGNATRICE EN ART DE LA TERRE

« Sandrine Hurel a grandi les « mains dans l’argile ». Les souvenirs de son enfance passée dans une école où les arts étaient fondamentaux l’ont conduite en 2011 à retrouver le chemin de la terre. Un changement de cap, une rencontre avec elle-même.

Après une carrière dans le milieu des entreprises, Sandrine suit une formation chez Sophie Houdebert, maître potière en Dordogne, sur la céramique sigillée, les engobes, le colombinage, les cuissons primitives. « je voulais une formation qui m’enseigne la base de ce travail, créer à partir de peu, de l’essentiel ! J’ai recherché ensuite un spécialiste de l’émail haute température ! C’est chez Mathieu Lievois à Séné que je me suis tournée ensuite en 2012. »

Adepte de la technique ancestrale du colombin, elle aime laisser ses mains la guider lentement pour construire en douceur autour du vide. « il faut toucher, sentir la terre et laisser les mains s’exprimer. On ne sait pas toujours où l’on va, c’est une occasion de lâcher prise. »

Au final, on arrive à des pièces uniques sensiblement inspirées de l’environnement breton entre terre et mer mais aussi des symboles et des écritures anciennes.

Sensibilisée très jeune à la sensation de la terre, Sandrine éprouve un fort désir de transmettre à son tour. Pour tous les âges, tous les publics elle propose des stages où chacun va pouvoir développer sa sensibilité tactile et visuelle, son imagination, son sens de l’observation et vivre une expérience unique du présent les mains dans l’argile.

Elle organise des ateliers terre pour les petites mains dès la crèche. « la terre associée à une pédagogie centrée sur l’humain, présente toutes les qualités utiles à l’éveil et au développement d’un potentiel créatif.. » souligne t-elle.

Sa pédagogie s’articule autour de trois axes :  le LAISSER JOUER, se mettre à l’écoute du matériau, prendre, pétrir, sentir… le JOUER AVEC, commencer à façonner et le FAIRE JOUER, quand l’enfant commence à envisager un projet créatif. Les petites mains malaxent, étalent, tirent, roulent. Les enfants observent la terre, l’écoutent jusqu’à ce qu’elle leur parle et se transforme. Magique ! »

Ecrit par Geneviève Gaudin pour le Magazine Ar’typique/numéro1/janvier 2016