Adam et Eve auraient été pétris d’argile

adam et eve

FASCINATION

Au commencement était le chaos.

Lentement, très lentement, l’œil s’ouvrit

Puis se ferma pour s’ouvrir à nouveau.

A l’aube de la vie, l’œil se fit lumière,

Pourfendant les ténèbres.

 

Il prend l’argile entre ses mains,

L’examine tout en songeant.

L’œil verse un pleur,

Une larme mouille la terre rouge.

Il pétrit l’adama ;

La matière se déforme,

Soumise à sa volonté.

C’est le maître d’une forme

Qui prend formes à son loisir.

 

L’œil fatigué se repose

Sur la forme à peine éclose

D’une œuvre encore inachevée.

 

Perplexe il soupire, il expire,

Puis inspire profondément

Dans le néant.

 

L’air de rien l’envahit si fort

Qu’il suffoque

En un fatal éternuement.

 

Un souffle violent pénètre la matière

Qui vibrante tombe à terre

Et s’enfuit s’égayer.

 

Une main la saisit, elle veut l’achever

Mais l’élan de sa fuite la sépare et deux.

 

Rattrapés, les deux morceaux

Sont côte à côte.

 

Il regarde à nouveau

Ce qu’il ne sait nommer.

Son dessein prévoyait une œuvre unique,

Elle est double.

 

Observant la déchirure et les deux cicatrices,

Il songe à ces moitiés, hier entité.

En s’unissant l’une à l’autre

Elles vont se retrouver, croître, multiplier.

 

Voici le mâle et voilà la femelle,

Voilà le mal et voici la querelle.

 

Ils ont bien du mal à trouver leur entier.

 

 

D’après la Genèse, Adam et Eve auraient été pétris d’argile.

Les commentaires sont fermés.