« Gavrinis » Exposition de Sandrine Hurel et Mariène Gatineau

Du 29 août au 16 septembre, la médiathèque de Baden réunit Mariène Gatineau, artiste peintre et Sandrine Hurel, céramiste. Ces deux artistes partagent pour le graphisme des dalles du Cairn néolithique de Gavrinis la même passion. Tous deux se sont consacrés à la création artistique autour de cette écriture néolithique, œuvre d’art majeure d’apparence abstraite. Ils puisent leur inspiration dans ces motifs, signes poétiques indéfiniment répétés, psalmodiés, tendus vers l’incertain, autrement dit l’infini.

Démonstration de façonnage le 16 septembre à 14h
Dévernissage-décrochage à 16h

Lieu de l’exposition : Médiathèque de Baden – 56870 Baden

Horaires :
lundi Fermé
mardi 15:00–18:00
mercredi 09:30–12:00, 14:00–18:30
jeudi Fermé
vendredi 15:00–18:00
samedi 09:30–12:00, 14:00–17:30
dimanche Fermé

« La collection ETERNITE est née en 2014 dans mon atelier de St Goustan, deux ans après la visite du Cairn de Gavrinis. En plein été, j’ai consacré tout mon temps à la création de 15 pièces autour de cette écriture néolithique, premier art abstrait. Sans comprendre, sans trop savoir au départ ce que je faisais, c’est ainsi que je travaille. Je me laisse porter par cette écriture que j’aime et qui ne me lasse pas, c’est comme une quête de sens, de vie, la quête de l’Homme ». Sandrine Hurel

 

« Seul à seul avec cette œuvre d’art majeur d’apparence abstraite, j’en ai sollicité le sens, non par l’investigation scientifique mais par le Faire poétique ; par les mains travaillant sous contrôle – et seulement le contrôle – de l’intellect, traquant et questionnant l’erreur – révélatrice. Du regard sur les tableaux à l’aquarelle, se dégage mon intime conviction que Gavrinis évoque une danse rituelle et initiatique inscrite dans la pierre. Un hymne chantant l’amour comme transcendance de l’instinct de chair. Gavrinis indique qu’en amont des préoccupations de l’au-delà qui marque l’humain naissant, il y a simplement l’amour. Ce qui n’est pas exactement la peur de la mort. Finalement, le Taj Mahal occidental, c’est Gavrinis ! » Mariène Gatineau

LIEN SUR MEDIATHEQUE DE BADEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *